Voyage sur mesure au Vietnam

     

Histoire

La préhistoire
Le paléolithique
Les archéologues ont retrouvé des traces de civilisation dans certaines des provinces de Lang Son et Nghe An. Avant même la période paléolithique (il y a 23 000 à 10 000 ans), à l’époque de la culture Son Vi, on constate la presence d’une population assez importante sur le territoire vietnamien. Ces premiers habitants fabriquent des outils en pierre taillée jusqu’à l’époque de la culture Hoa Binh-Bac Son (il y a entre 10 000 et 6 000 ans). À ce moment-là, on commence à aiguiser des haches en pierre, à fab-riquer des céramiques et à cultiver la terre.
Le néolithique
Les divers groupes ethniques développent des modes de vie différents. Cette période est carac-térisée par la confection d’outils et de bijoux en pierre polie, ainsi que de céramiques à motifs varies.
L’âge de bronze
Pendant l’âge de bronze, les Vietnamiens pro-duisent plusieurs outils, armes et bijoux en lation dans des moules de glaise. Ils commencent à cul-tiver le riz et se lancent dans l’élevage d’animaux tels que les buffles, les boeufs(oe sát nhau), les cochons et les poules. À cette époque, trois groupes culturels principaux se distinguent: la culture pré-Dong Son (contemporaine du début du règne des rois Hung) occupe les basins du fleuve Rouge et des rivières Ma et Ca, la culture pré-Sa Huynh se con-centre dans le Centre du pays, et le troisièm groupe habite le bassin du fleuve Dong Nai, dans le Sud du territoire vietnamien.
L’âge de fer
Les groupes du Nord et du Centre du pays for-ment la culture Dong Son. Ils travaillent le fer pour la fabrication des outils. Les objets en laiton sont aussi typiques de cette culture, notamment les grands tambours en cuivre, décorés de motifs ornementaux.
La formation du Vietnam
Le royaume Van Lang et Au Lac
Un premier royaume se dessine au Vuetnam sous la culture Dong Son. Il s’étend de la frontière sino-vietnamienne jusqu’à la limite du fleuve Gianh. Les resemblances culturelles laissent supposer que cette région fut le territoire des anciens Viets. Le royaume de Van Lang était alors dirigé par les rois Hung. Succédant à la nation des rois Hung, le royaume d’Au Lac fut fondé par An Duong Vuong, au milieu du IIIe siècle avant l’ère chrétienne. Ce royaume est mentionné dans les annales de l’his-toiren chinois Xi Ma Tin. La construction de la citadelle Co Loa, avec ses trois circles de murailles, date de cette époque
Le royaume Champa
Au Centre du pays, les cultures pré-Sa Huynh s’é-panouissent jusqu’à l’âge de fer. Ce sont les ancêtres des Chams. On a retrouvé, dans les tombeaux, des jarres contenant plusieur outils en fer, ainsi que des bijoux d’agate ou d’émer-aude, representatives de cette culture qui se répand de Thua Thien jusqu’au bassin du fleuve Dong Nai
La domination chinois
En l’an 207 avant l’ère chrétienne, le royaume d’Au Lac était occupé par Zhao Juo qui fut le roi du Nan Yue. Mais, en 111 av.J.-C., l’État du Nan Yue fut anéanti par l’empire chinois et lw royaume Au Lac passa aux mains des Hans. Il fut alors divisé en arrondissements et districts.
La domination chinoise durera 11 siècles. Durant cette période, le people vietnamien se soulèvera plusieurs fois pour reconquérir son indépendance, d’abord avec l’insurrection des deux Soeurs Trung (en 40-43), puis, plus tard, avec la révolte de la Dame Trieu (en 248), et celle de Ly Bi, au milieu du VIe siècle. Malheureusement, chacune de ces victoires fut de courte durée. Sous la domination des empires chinois de Sui et de Tang, plusieurs soulèvements éclatèrent, dont les insurrections de Mai Thuc Loan (en 722) et de Phung Hung (766-791). Finalement, avec la révolte victo-rieusement menée par Ngô Quyên contre les Han sur le fleuve Bach Dang, en 938, s’achèvent plus de mille années de domination chinoise et l’indépendance nationale est reconquise.
Les grandes dynasties
Une nouvelle page de l’histoire du Vietnam se tourne au Xe siècle. Les dynasties des Ngo (939-965), Dinh (968-980) et les Lê antérieurs (980-1009) s’efforcent de consolider le pays, d’établir un état unifié, et de preserver l’indépendance encore jeune. La victoire contre l’invasion des Song, menée par Lê Hoan en 981, finira de la ren-forcer.
Les dynasties des Ly et des Tran
Du XIe au XIVe siècle, sous le règne des dynasties des Ly (1009-1225) et Tran (1226-1400), le Vietnam devient un état puissant. L’agriculture se développe. La mise en place des digues et le défrichement occupent une place priortaire. Des villages artisanaux apparaissent, spécialisés dans la poterie, le moulage du cuivre ou la forge du fer. Des bateaux commerciaux venus de Chine et d’autres pays d’Asie du Sud-Est accostent dans les ports de Hoi Thong et de Van Don.
Sous les Ly et les Trân, ;e bouddhisme prévaut et influence grandement l’art et la literature. Le con-fucianisme commence à se répandre. À la fin du XIe siècle, le Temple de la Littérature est édifié (dans l’actuel Hanoi) et dédié à Confucius. À l’époque des Trân, sont également instaurés les concours confucéens, conduisant aux positions de mandarins. L’écriture nom (écriture chinoise vietnamisée) est alors de plus en plus utilisée dans la composition littéraire. Les premiers recueils de l’histoire du pays voient également le jour.
L’indépendance nationale est maintenue grâce à la résistance contre les Song (1075-1077), sous le direction du général Ly Thuong Kiet, et trois fois contre les Mongols, sous la direction des rois Tran et du Général Trân Hung Dao (1258,1285,1288).
La dynastie des Hô
Succédant au règne des Trân, la dynastie des Hô (1400-1407) entreprend un bon nombre de réformes socials. Ho Quy Ly impose des poli-tiques de restriction de la propriété foncière et de la propriété des esclaves. Il innove avec la créa-tion de billets monétaires pour remplacer la mon-naie en alliage de cuivre. Mais ces réformes ont peu d’effets, car le roi ne peut compter sur le sou-tien du people. C’est pourquoi, devant la guerre d’invasion chinoise, le royaume des Hô ne parvient pas à organizer efficacement la defense du pays. Le Vietnam tombe de nouveau sous le joug de l’empire des Ming.
La dynastie des Lê postérieurs
Un mouvement de révolte pour reconquérir l’indépendance nationale est déclenché partout dans le pays. Il se ralliera sous le drapeau de l’in-surrection de Lê Loi, à Lam Son, dans la province de Thanh Hoa. Après dix ans de résistance, avec le soutien du people et l’assistance de valeureux généraux, dont le héros national Nguyên Trai, l’indépendance est enfin reconquise. L’article Binh Ngo Dai Cao de Nguyên Trai fut considéré comme une declaration d’indépendance exemplaire.
Au XVe siècle, la société vietnamienne est stable, l’agriculture se développe, l’industrie et le com-merce connaissent de nouveax progress. La doctrine confucéenne devient l’idéologie domi-nante et la recherche des étudiants talentueux par la voie de concours littéraires devient systéma-tique. L’étude des livres classiques est très valorisée. Le Code pénal national (encore appelé le code Hong Duc), élaboré à cette époque, reflète fidèlement la situation politique, économique et sociale du pays.
Au XVIe siècle, le règne de la dynastie des Lê (1428-1788) est interrompu. En 1527, Mac Dang Dung renverse l’empereur Lê et établit la dynastie des Mac à Thang Long (Hanoi). La famille Trinh mobilize une résistance contre les Mac. En 1592, les forces de Trinh s’emparent de Thang Long; le roi Lê retrouve son trône, mais tous les pouvoirs restent en réalité détenus par les seigneurs Trinh
Dans le Sud, les seigneur Nguyên ont étendu leur territoire jusqu’au delta du Mékong et entre-prennent et même temps une guerre contre la famille Trinh. La guerre entre les Trinh et les Nguyên durera de 1627 à 1772.
Le Vietnam est alors aux prises avec de nom-breuses perturbations tant politiques que socio-économiques. Dès la fin du XVIe siècle, le pays commence à établir des relations commerciales avec certains pays occidentaux comme le Portugal, l’Espagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne et la France. Le catholicisme fait son entrée dans le pays à la même époque.
L’économie et la production de merchandises se développent, permettant à bon nombre de villes de s’épanouir, telles que Thang Long., Pho Hien au Nord, et Hoi An, Thanh Ha au Sud.
La dynastie des Tay Son

En 1771, trois frères, Nguyên Nhac, Nguyên Lu et Nguyên Huê, appelés les insurgés Tây Son, diri-gent l’insurrection des Tây Son et renversent le clan des Nguyên au Sud. Au début de l’année 1785, après avoir battu les troupes du Siam (Thailande) à Rach Gam-Xoai Mut, sur le fleuve My Tho, les forces des Tây Son avancent vers le Nord et anéantissent les seigneurs Trinh Le dernier roi de la dynastie des Lê, Lê Chieu Thong, se réfugie en Chine, et fait appel à la dynastie chinoise des Qing pour renvoyer des troupes au Vietnam.
En 1788, Nguyên Huê monte sur le trône à Phu Xuan, aujourd’hui Huê. Puis, il mène ses troupes vers le Nord, à Thang Long, pour combattre victo-rieusement 290 000 soldats chinois en janvier 1789.
Quang Trung Nguyên Huê, fondateur de la dynas-tie des Tây Son, entreprend la mise en place d’un certain nombre de politiques novatrices en matière d’agriculture et d’éducation. Mais, il meurt en 1792 tandis que, avec l’assistance des Francais, Nguyên Anh retourne dans le delta du Mékong pour mener la guerre contre les troupes des Tây Son. En 1802, celles-ci sont vaincues; Nguyên Anh se rend maitre du Phu Xuan et fonde la dynastie des Nguyên.
La dynastie des Nguyên
Nguyên Anh se proclame empereur du Vietnam en 1802, sous le nom de Gia Long, initiant le règne des Nguyên (1802-1945). Les premiers rois de la dynastie des Nguyên, comme Gia Long et Minh Mang, unifient le pays et contrôlent un terri-toire plus large que ceux des règnes précé-dents. La dynas-tie des Nguyên instaure une poli-tique de défriche-ment, favorisant la construction des fermes systèmes d’irrigation. Au niveau de la politique exétieure, les rois Minh Mang et Thieu Tri envoient des navires marchands pour com-mercer avec la France, la Grande-Bretagne, l’Indonésie ou l’Inde.
Les Nguyên commandent la redaction d’ouvrages d’histoire er de géographie, et impriment plusieurs collections de livres importants pour la culture nationale.
Cependant, le confucianisme occupe une position dominante et sert de fondement à l’idéologie conservatrice des Nguyên, au détri-ment du christianisme. La dynastie des Nguyên impose une politique intérieure de portes fermées bloquant l’accès aux ports et au commerce, ainsi qu’aux délégations diplomatiques venues établir des relations avec le Vietnam.
La colonisation française
Au milieu du XIXe siècle, les pays occidentaux, y compris la France se lancent dans une course pour conquérir de nouveaux marches en Orient et étendre leurs colonies en Asie. Dès 1843, la France a envoyé ses bateaux à Danang pour menacer les Nguyên.
En 1857, le gouvernement français approuva la décision de conquérir le Vietnam. Cependant, compte tenu de la résistance des patriots viet-namiens, il fallut 30 ans aux colonialistes fraçais pour instaurer leur domination sur l’ensemble du territoire vietnamien.
En 1887, l’Union Indochinoise fut constituée. Elle comprenait 5 régions: le Tonkin, l’Annam, la Cochinchine, le Combodge et le Laos. Au début du XXe siècle, les activités socio-économiques des Français au Vietnam furent vraiment renforcées. Les Français concentrèrent leurs investissements dans l’exploitation minière et certaine autres industries. Apparurent de vastes fermes et plantations. Outre le riz, venaient s’ajouter la culture du théier, du caféier, de l’hévéa, du ricin, ect. Les produits agricoles et arti-sanaux commencèrent à devenir des marchan dises d’échange. Suite à cas changements économiques, on vit naître un fossé entre une classe bourgeoise émergeante et la classe ouvrière.
Afin de faciliter sa politique d’exploitation des colonies, la France maintint sur le frône le roi et sa dynastie, tout en les tenant sous sa coupe. Sur le plan éducatif, en 1915, les colonialistes français abolirent l’ancien système des concours man-darinaux et imposèrent frois cycles à l’enseigne-ment de base: maternelle, primaire et secondaire.
En 1917, ils ouvrirent officiellement des écoles de formation de fonctionnaires administratifs “à la française”.
Le gouverneur general d’Indochine promulgua un décret pour restructurer l’organisation des villages en 1904. Cela traduisait la volonté de créer une nouvelle classe de propriétaires terriens formés à l’école française. En ce qui concerne les milieux ouvriers et paysans, les colonialistes imposèrent une politique de domination rigoureuse à l’aide d’impôts et de taxes, en plus de pratiquer une poli-tique d’obscurantisme.
Le mouvement indépendantiste

Plusieurs patriotes vietnamiens, aux convictions idéologiques parfois divergentes, luttèrent success-sivement pour la liberation du pays. En 1930, Nguyên Ai Quoc, c’est-à-dire Hô Chi Minh, fonda le Parti Communiste Vietnamien (qui devint par la suite le Parti Communiste Indochinois). Dès alors, les communistes prirent la tête du mouvement de liberation nationale. Lorsque la deuxième guerre mondiale prit fin, et que les occupants se retirèrent, le people vietnamien avait glorieuse-ment mené la Révolution d’août 1945.
Le 2 septembre 1945, le Président Hô Chi Minh proclama l’indépendance du pays et l’avènement de la République Démocratique du Vietnam sur la place Ba Dinh, à Hanoi.
La résistance contre les Français 

Pourtant en 1946, les troupes françaises se rein-stallèrent en Indochine. Sous la direction du Patti Communiste Indochinoise et du Président Hô Chi minh, le people vietnamien s’organisa contre les colonialistes français pour sauvegarder l’indépen-dance. La victoire histoirque de Dien Bien Phu, en 1954, mit fin à cette longue première guerre de résistance du people vietnamien.
Les Accords de Genève, conclus en 1954, recon-nurents le Vietnam comme un pays indépendant et réunifié.
La résistance anti-américaine
Les Français se retirèrent du Nord en 1954, et le Vietnam fut provisoirement divisé en deux régions, à la hauteur du 17e parallèle. Au Nord, la République Démocratique du Vietnam se lança dans la reconstruction du pays. Dans le Sud, la lutte de liberation nationale contre l’armée améri-caine et le gouvernement de Saigon s’est pour-suivie. Les Vietnamiens ont mené un combat achrné pendant preque 20 ans avant de gagner leur indépendance. Après la signature des Accords de Paris, en 1973, les troupes améri-caines commencèrent se retirer du pays.
Avec l’offensive générale du printemps 1957 et la campagne historique de Hô Chi Minh, le gouvernement de Sai Gon s’est effondré le 30 avril 1975. L’État du Vietnam, réunifié depuis cette date, prit le nom de République Socialiste du Vietnam, avec Hanoi comme capitale.
La paix retrouvée

L’ensemble de la nation vietnamienne a été très marqué par 30 années de guerre et se reconstruit peu à peu. Aujourd’hui, le Vietnam entre dans une nouvelle phase de développement économique et s’efforce d’atteindre les objectifs suivants: augmenter les revenus pae tête et con-solider l’économie