Voyage sur mesure au Vietnam

     

Un alphabet aux couleurs du Vietnam

 

Inspiré de la collection de photos «Tour du monde» créée par deux jeunes indiens, Luu Trong Nhân, 23 ans, étudiant de l’Université de finance-marketing de Hô Chi Minh-Ville, est l’auteur d’un projet faisant la part belle aux sites célèbres du Vietnam. Il a choisi 29 photos, qui représentent toutes les lettres de l’alphabet vietnamien.
Après des jours passés à chercher les meilleurs clichés, qu’il a ensuite intégrés dans les différentes lettres, Nhân est venu à bout de son œuvre, intitulée «Vietnam Typo-Alphabet Project». Il l’a publiée sur sa page Facebook. En outre, il a créé une image rassemblant l’ensemble des 29 lettres, arrangées en forme de S en hommage à la topographie du pays. La lettre  représente par exemple le district de Mai Châu, province de Hoà Binh (Nord), la lettre C le district de Côn Dao (province de Bà Ria – Vung Tàu, au Sud), la lettre O le marché flottant de Cai Rang dans la province de Cân Tho (delta du Mékong), la lettre Ô l’île de Cô Tô de la province Quang Ninh (Nord-Est), etc.

Les 29 sites se trouvent dans les trois régions du pays. «J’ai conçu cet ensemble pour répondre à ma passion pour le graphisme. De plus, à travers ces photos, je tiens promouvoir l’aspect touristique du Vietnam», partage Nhân.
Petit projet avec de grands effets
Partageant ces photos sur son mur, Vo Ngoc Thao (qui étudie à Sydney, en Australie) raconte qu’elles lui permettent de voyager sans bouger, d’apaiser son mal du pays et de présenter sa patrie aux étrangers. Et d’ajouter : «Intéressés par ces photos, certains étudiants australiens pensent à réaliser un projet identique pour leur pays».
De son côté, Lisa, une étudiante française, a déterminé quels sites elle voulait visiter au Vietnam après avoir pris connaissance de cet alphabet particulier. La lettre qu’elle préfère est le S, représentant Hô Chi Minh-Ville (Saigon).
Ces photos peuvent être imprimées et faire office de décoration, de cartes postales ou de cadeau pour des amis étrangers. «Ce type de souvenirs est un bon moyen de promouvoir le pays auprès des étrangers», souligne le jeune homme.